Parce que des fois, on sait pas quoi regarder.

Nouveau

Les seigneurs


Réalisateur : Olivier Dahan
Rôles principaux : Franck Dubosc, Gad Elmaleh, Jean-Pierre Marielle, Joey Starr, José Garcia
Pays d’origine : France

Patrick Orbéra, ancienne gloire du football aujourd’hui alcoolique, risque de perdre la garde de sa fille. Contraint de retrouver un emploi stable, il part à Molène, petite île Bretonne, pour entraîner l’équipe de foot locale. Face à l’amateurisme de cette dernière, il tente de convaincre ses anciens coéquipiers de le rejoindre et de l’aider hisser le petit club de Molène parmi les grands…

Foutcheubaule

Bon alors voilà, on un casting de folie pour nous faire rire. Sauf que le film est pas drôle du tout. Vraiment pas non.
En fait c’est lamentable et pathétique. Humour suffisamment lourd pour empêcher le décollage d’une fusée à réacteur nucléaire, jeu d’acteur pitoyable dans l’ensemble, mention spéciale à Gad le teubé et Franck l’insupportable. La mise en scène est elle sans plus et je parle même pas du scénario qui, lui, pour le coup est risible.
Merci mais NON merci.
En Trois mots : Navet presque pourri

Vous avez aimé mon article ? Faites tourner alors !
Vous n’avez pas aimé mon article ? Dites le qu’on en discute !

Publicités

Détour mortel 3

Tu peux m’aider ? J’ai perdu un téton !

Réalisateur : Declan O’Brien
Rôles principaux : Tom Frederic, Janet Montgomery, Tamer Hassan, Gil Kolirin, Christian Contreras
Pays d’origine : Etats Unis

Alors qu’ils partent faire du camping en forêt, Fonda et ses amis sont attaqués par Three Finger, mutant cannibale dégénéré. Bien que Fonda réussit à survivre au massacre, ce n’est pas le cas de ses accompagnateurs. La jeune femme est alors livrée à elle-même, seule dans les bois… mais pas pour longtemps, puisqu’elle finit par croiser la route d’un groupe de prisonniers, victimes de l’accident du bas qui les transportait. Ils décident alors de s’unir pour lutter contre les attaques de Three Finger…

Monstres VS Dégénérés

D’un point de vue strictement scénaristique, c’est un poil plus crédible que le 2 et largement au dessus du 1er. Attention quand même, c’est mieux mais c’est pas forcément un bon scénario. Disons juste que c’est plus crédible quoi… Et encore.
L’intérêt du métrage en fait réside dans la question absolument pas du tout fondamentale : qui est le pire entre le groupe de tueurs « humains » et celui de dégénérés ?
La réponse est inexistante bien évidemment et en plus sans intérêt.
En dehors de ça, on nage en plein clichés avec des mises à mort follement débiles et sanglantes.
Par contre, il faut bien le dire les premières minutes sont tout à fait agréables à regarder pour peu qu’on apprécie les bimbos made in US qui n’ont pas peur de montrer leurs attributs mammaires.
Sinon …
En Trois mots : Perte de temps

Vous avez aimé mon article ? Faites tourner alors !
Vous n’avez pas aimé mon article ? Dites le qu’on en discute !

Flash forward


Réalisateur : , David S. Goyer, Nick Gomez et d’autres
Rôles principaux : Courtney B. Vance, Joseph Fiennes
Pays d’origine :Etats Unis

Un blackout (perte de conscience) total de 2 minutes et 17 secondes provoque le chaos à travers le monde. Pendant cette courte durée, chaque personne est confrontée à une vision du futur qui va changer sa vie à jamais…

Destinée (chanté par Guy Marchand)

Alors voilà, c’est l’histoire d’une série qui avait un PUTAIN de potentiel mais qui a été lamentablement massacrée par des scénaristes qui ont du perdre le fil de leur arc au fil du temps.
Alors évidemment, le thème principal est la question du déterminisme. Ce n’est pas nouveau et c’est plutôt bien traité dans l’ensemble, même si, perso, j’avais deviné depuis longtemps de quoi il en retournait pour de vrai. Oui je suis modeste et ultra baleze concernant les scenariis de SF US. Bon, sans rire, la conclusion me semblait un peu évidente, et tout le reste de la série me l’a confirmé, même si j’ai eu beaucoup de doutes à plusieurs moments. Breeeeef.
Le scenario justement, parlons-en. L’intrigue principale est en fait composée de plusieurs intrigues, à savoir comment, par qui et pourquoi. Au milieu de tout ça, on a toutes les intrigues secondaires qui sont les flashforwards de chaque personnage. Je vous épargne les détails mais franchement je me suis demandé comment ça allait se passer et c’est bien cette curiosité qui m’a poussé à aller au bout de cette série alors que bon c’est pas extra ordinaire non plus. Surtout que j’ai eu beaucoup, mais alors beaucoup de mal à supporter l’acteur principal. Je sais pas pourquoi mais je trouve qu’il joue plutôt mal mais les autres rattrapent le niveau dans l’ensemble.
La réalisation quant à elle est classique pour une série.
L’intérêt de la série repose entièrement sur le principe du déterminisme et des conséquences qui en résultent selon qu’on y croit ou non. Peut on influer sur le futur à partir du moment où on le connait ? Les actions que l’on mène sont elles déjà déterminées ou bien vont elles modifier ce qui est prévu ? Personnellement, dans le cadre de cette série, je trouve que les réponses apportées sont fades et pas vraiment exploitées. On trouve même un petit côté ‘Destination finale » parce que bon faudrait pas déconner non plus ! Si tu dois mourir, ben tu mourras ! Ou pas … Héhé
Le final est quant à lui plus ou moins prévisible selon vote degré d’imagination et de connaissance télévisuelle. Je me doutais bien qu’on aurait une fin ouverte, et je ne me suis pas trompé, même si au bout du compte la série pourrait aussi bien s’arrêter là. Franchement, une 2eme saison aurait probablement été une redite de la 1ere avec des différences uniquement sur les intrigues secondaires. Du moins c’est que ce j’imagine.
Sympathique sans être transcendante, cette série a le mérite de poser des questions philosophico-mystiques intéressantes mais n’apportent pas vraiment de réponses. D’ailleurs, il n’existe pas vraiment de réponses en fait.
En Trois mots : Mouais why not

Vous avez aimé mon article ? Faites tourner alors !
Vous n’avez pas aimé mon article ? Dites le qu’on en discute !

La colline a des yeux (2007)

Mon doudou !!!!

Réalisateur : Alexandre Aja
Rôles principaux : Aaron Stanford, Kathleen Quinlan
Pays d’origine :Etats Unis

Une famille part sur les routes de Californie. Aux abords d’une ancienne zone militaire perdue en plein désert, le pire des cauchemars les attend.

Classique. Efficace.

Je vais la faire super courte.
Vous aimez les films d’horreur ?
Vous aimerez ce film parce que tous, je dis bien TOUS les ingrédients nécessaires pour vous horrifier sont là. La réalisation est nickel, les acteurs sont bons, le scenario est certes pas extra-ordinaire mais ça passe comme une lettre à la poste.
Bref
En Trois mots : Yabon Good Stuff

Vous avez aimé mon article ? Faites tourner alors !
Vous n’avez pas aimé mon article ? Dites le qu’on en discute !

Des serpents dans l’avion


Réalisateur : David R. Ellis
Rôles principaux : Samuel L. Jackson, Julianna Margulies
Pays d’origine : Etats Unis

À Hawaï, le jeune Sean Jones a assisté au meurtre d’un homme, assassiné par le gangster Edward Kim. Poursuivi par les hommes de Kim, Sean est placé sous la protection de l’agent Neville Flynn du FBI. Il doit retourner sur le continent américain pour témoigner contre Kim, et ils prennent l’avion en première classe. Mais Kim, voulant se débarrasser de Jones, fait embarquer dans la soute à bagages une caisse remplie de serpents venimeux dont la rage sera stimulée par les phéromones contenues dans les colliers de fleurs hawaiiens distribués aux passagers. Après l’ouverture programmée de la caisse en plein vol, les serpents vont semer la mort et la terreur dans l’avion survolant l’océan.

Nos amis les serpents

Les serpents sont bizarres. D’abord ils n’ont pas de pattes. Ensuite leur corps est un estomac. Enfin, ils se gavent comme des gros porcs pour ensuite faire une sieste de plusieurs semaines, parce que bon ils ont rien d’autres à foutre. Ah et aussi, ils ont des gros problèmes de vue mais ils compensent en tirant la langue tout le temps.
Pourquoi je vous raconte tout ça ?
Parce que ya rien d’autres à dire sur le film.
Scénario vide, jeu moyen, mise en scène bof. Ah si tiens les effets spéciaux sont pas mal (et encore je suis gentil) mais ça rattrape vraiment pas le reste.
Du coup, je vous conseille de faire une visite au zoo plutôt que de regarder ce film.

En Trois mots : Perte de temps

Vous avez aimé mon article ? Faites tourner alors !
Vous n’avez pas aimé mon article ? Dites le qu’on en discute !

Deadmine


Réalisateur : Steven Sheil
Rôles principaux : Miki Mizuno, Sam Hazeldine
Pays d’origine : Autres – Indonésie

À la recherche d’un trésor enfoui, un groupe d’explorateurs arrive sur une île indonésienne. Attaqués par des groupes armés, ils trouvent refuge dans une mine abandonnée. Mais rapidement ils vont découvrir qu’ils ne sont pas seuls : des créatures radioactives occupent les lieux depuis la Seconde Guerre Mondiale…

Un peu confus

Ca commence tranquille. On se doute très rapidement comment les évènements vont se dérouler, comme l’indique le synopsis. Les personnages sont presque caricaturaux et tous les dialogues sont archi prévisibles, tout comme leurs personnalités. Je vous épargne les détails et de toutes façons là n’est pas le propos.
Nous sommes donc face à un film d’horreur, enfin soit disant. Parce que disons tout de suite, ce film est aussi horrible que pourrait l’être.. Je sais pas moi.. Ben non en fait j’ai pas d’idées, parce que je trouve rien qui soit à la mesure de son absence d’horreur. C’est un pot pourri de différents genre, donc pas vraiment rattachable à un genre en particulier. Oui on a de l’horreur mais pas du genre à vous donne des sensations, on a aussi un peu de SF et de fantastique. On peut aussi ajouter qu’il y a un arriere gout de « Descent » sur quelques plans et surement d’autres références mais là tout de suite je vois pas.
En fait, je me suis un peu ennuyé tout le long. C’est juste la dernière séquence que j’ai trouvé pas trop mal, c’est à dire des 5 dernières minutes chrono, c’est dire à quel point il était … palpitant.
En Trois mots : Perte de temps

Vous avez aimé mon article ? Faites tourner alors !
Vous n’avez pas aimé mon article ? Dites le qu’on en discute !

Jack Reacher


Réalisateur : Christopher McQuarrie
Rôles principaux : Tom Cruise, Rosamund Pike
Pays d’origine : Etats Unis

Un homme armé fait retentir six coups de feu. Cinq personnes sont tuées. Toutes les preuves accusent l’homme qui a été arrêté. Lors de son interrogatoire, le suspect ne prononce qu’une phrase : « Trouvez Jack Reacher. ». Commence alors une haletante course pour découvrir la vérité, qui va conduire Jack Reacher à affronter un ennemi inattendu mais redoutable, qui garde un lourd secret.

What else ?

C’est tellement intéressant comme film que j’avais oublié que je l’avais vu. Je pense que cette phrase résume tout et que vous avez compris de quoi il en retourne.
Ceci étant dit, ce n’est pas un mauvais film, il est juste ultra super mega convenu, avec 0 surprise et 0 suspense.

Section Fight

Réaliste. Rien de plus, rien de moins.
C’est du militaire pur jus qu’on a là et c’est bien filmé, pas de montages façon stroboscope sous cocaïne, ni de chorégraphies complexes. On a des plans larges, avec des actions « mean but clean », (méchantes mais propres pour les anglophobes) qui montre à quel point un combat de rue, ça peut aller très très vite.

En Trois mots : Mouais why not limite Perte de temps

Vous avez aimé mon article ? Faites tourner alors !
Vous n’avez pas aimé mon article ? Dites le qu’on en discute !

Shark 3D – tub


Réalisateur : David R. Ellis
Rôles principaux : Sara Paxton, Dustin Milligan
Pays d’origine : Etats Unis

Au soleil de l’été, Sara et ses amis sont bien décidés à passer un week-end de pur fun sur une petite île privée d’un immense lac salé de Louisiane. Pourtant, lorsque Malik, le jeune footballeur vedette, sort d’une séance de ski nautique inconscient avec un bras en moins, l’ambiance n’est plus à la fête. Convaincue qu’il s’agit d’un accident, la petite bande embarque sur un speedboat afin de conduire le blessé à l’hôpital de toute urgence, mais les jeunes gens vont vite s’apercevoir que le lac est infesté de requins ultra agressifs. Pour Sara et les siens, face à des prédateurs prêts à tout pour qu’aucune proie ne leur échappe, c’est le début du cauchemar. Assiégés, piégés, dévorés, terrifiés, très peu reverront la terre ferme.

Dans ce genre de films, une des conditions à remplir pour avoir un minimum de succès, c’est la bimbo. Dévêtue, sexy, jolie, totalement inutile scénaristiquement parlant, sa présence est censée attirer l’ado aux hormones en ébullition. Et ben là, l’ado en question, ben il vaut mieux qu’il soit pas trop regardant.
Tout mais alors tout est mauvais mais le film réussit malgré tout à faire rire, malgré lui bien sûr.
Cela en fait donc un nanar, et même pas un bon.
Bref…
En Trois mots : Navet presque pourri

Vous avez aimé mon article ? Faites tourner alors !
Vous n’avez pas aimé mon article ? Dites le qu’on en discute !

Hors-la-loi – tub


Réalisateur : Rachid Bouchareb
Rôles principaux : Jamel Debbouze, Roschdy Zem, Sami Bouajila
Pays d’origine : France

Chassés de leur terre algérienne, trois frères et leur mère sont séparés. Messaoud s’engage en Indochine. À Paris, Abdelkader prend la tête du mouvement pour l’Indépendance de l’Algérie et Saïd fait fortune dans les bouges et les clubs de boxe de Pigalle. Leur destin, scellé autour de l’amour d’une mère, se mêlera inexorablement à celui d’une nation en lutte pour sa liberté…

Question de point de vue

Les films historiques m’ont toujours plus ou moins ennuyés et franchement quand j’ai commencé celui-là, je me suis dit que j’allais pas tenir jusqu’au bout. Et ben finalement la curiosité l’a emporté et j’ai vu la fin. Fin prévisible, plus ou moins mais la question n’est pas là.
La réalisation est bonne, on suit les (més)aventures de ces 3 frères à travers cette période l’histoire française qui n’est pas forcément la plus glorieuse. Les acteurs sont bons dans l’ensemble, même si je ne comprends toujours pas pourquoi on engage Djamel pour faire des films « sérieux ». Ok, il fait des efforts et sa prestation est loin d’être mauvaise mais bon quand même ça colle pas vraiment je trouve. Les autres sont tout à fait dans le ton et l’histoire se déroule tranquillou.
Là où ça devient intéressant, c’est le point de vue du réalisateur. Je ne sais pas trop s’il a voulu rester totalement neutre mais on peut dire qu’il a vraiment le cul entre 2 chaises. On sent bien que la cause des algériens pour leur indépendance lui tient à cœur mais d’un autre côté il dénonce les actes terroristes de façon très explicite sans les cautionner véritablement.
Du coup, on s’interroge sur le sujet. D’autant plus que la confrontation entre un agent de la DST, ancien résistant, et l »agent du FLN est très claire sur le sujet : ce sont les historiens qui décident qui est / sera terroriste ou héros… Pas mal de polémiques ont bien évidemment surgi pour indiquer que ce film était bourrés d’erreurs. Perso, je n’en sais rien mais je pense qu’il s’agit d’un témoignage différent de ce que l’histoire officielle veut nous apprendre. Vrai ou faux, peu m’importe… De toutes façons je ne vois pas trop comment cette facette de l’histoire franco-algérienne pourrait être bien reçu de part et d’autre.
Ceci étant dit, le film navigue bizarrement entre l’historique pur et l’action genre gangster/terroriste, ce qui en fait un métrage plutôt atypique et pas forcément aussi chiant qu’on pourrait le croire.

En Trois mots : Mouais Why not

Vous avez aimé mon article ? Faites tourner alors !
Vous n’avez pas aimé mon article ? Dites le qu’on en discute !

De l’autre côté du périph


Réalisateur : David Charhon
Rôles principaux : Omar Sy, Laurent Lafitte
Pays d’origine : France

Un matin à l’aube dans une cité de Bobigny, près d’un vieux tripot clandestin, est retrouvé le corps sans vie de Eponine Chaligny, femme du très influent Jean-Éric Chaligny, premier patron de France, au centre d’un climat social extrême qui secoue la France depuis quelques semaines. Ce matin-là deux mondes radicalement opposés vont alors se croiser : Ousmane Diakité, policier de la section financière de Bobigny et François Monge, capitaine de la fameuse police criminelle de Paris. Leur enquête va les emmener d’un côté à Paris et son syndicat patronal, de l’autre en banlieue de Bobigny et ses affaires clandestines. Tour à tour, de l’autre côté du périph…

Copain film

Ben oui quoi, c’est bien comme ça qu’on traduit un buddy movie en french non ?
Et bien voilà, pour la première fois, je crois que l’on a buddy movie à la française. Vraiment.
On a tous les ingrédients du genre et la petite touche frenchy qui va bien.
Reprenons depuis le début.
Lire la suite »

%d blogueurs aiment cette page :